Informer vraiment sans être radical, Vulgariser sans simplifier, Donner les clés pour laisser juge !!

nature environnement
Votre magazine écologique nature et environnement
Découverte de la nature et information environnementale
L'actualité nature
Les derniers titres

Les archives
2011
1 2 3
2010
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2009
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2008
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2007
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2006
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2005
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2004
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

19-04-2006

Capture des ours prochainement relâchés en France


Hier, la capture des 5 ours, qui doivent venir renforcer la population pyrénéenne, a débuté en Slovénie avec l’objectif de relâcher 4 femelles et 1 mâle, d’ici le 15 juin. Alors qu’à l’heure actuelle, d’un point de vue biologique, la population d’ours des Pyrénées n’est pas viable (entre 14 et 18 individus avec une forte consanguinité, sur l’ensemble de la chaîne), grâce aux nouveaux arrivants, la France entend assurer le brassage génétique et le maintien de la population d’ours pyrénéens.

Traditionnellement, en Slovénie, 2 techniques différentes sont utilisées pour la capture : le piégeage (collets disposés dans de petits trous sur les itinéraires habituels des ours) et le tir de seringues anesthésiantes. Si cette dernière méthode limite le stress de l’animal, la première est plus délicate à négocier pour lui. Une fois capturé, et si le sujet est suffisamment jeune, son transport est assuré vers la France par camion. Le symbole est ici assez fort, puisqu’il s’agit du camion qui a déjà acheminé les ours de la première phase de réintroduction en 1996. Sur le camion, l’ours est placé dans une cage à barreaux, de forme cylindrique pour éviter qu’il se blesse. Du poste de conduite, une surveillance vidéo est assurée, le plantigrade étant conscient la plupart des 1 600 km qui l’éloigne de ces montagnes natales, puisque l’anesthésie dure 3 à 4 heures maximum. Arrivé sur le site de lâcher, l’ours sera libéré immédiatement, vraisemblablement dans la commune d’Arbas.

Notons, que sur le trajet situé en France, une escorte est prévue pour les parties les plus sensibles, les ours n’étant pas les bienvenus pour tout le monde, et les opposants faisant preuve de déterminisme. Rappelons à ce titre les nombreux incidents et dégradations lors de la manifestation des anti-ours à Arbas le 1er avril dernier, avec notamment la présence de plusieurs élus locaux de tous bords politique. Le maire socialiste, François Arcangeli, a ainsi démissionné de son parti en raison de la présence d’élus PS dans la manifestation.
Par ailleurs, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) vient de révéler qu’un bélier et un agneau ont été tués par un ours à une dizaine de mètres d’une maison, ce qui ne peut qu’attiser des consciences déjà bien chaudes.

Ceci dit, la date du premier lâcher reste impossible à déterminer, tant qu’aucun ours n’a été capturé, en espérant que pour les plantigrades délocalisés, il ne s’agisse pas du bout de leur route, mais plutôt de l’orée d’une nouvelle vie que je leur souhaite longue et paisible.
Alex Belvoit


 
Publicité






Prochainement
chez les marchands
de journaux

Echo Nature

n°36

Au sommaire - Commander
Points de vente


/ Accueil   
/ Contact   


Le magazine

Nature  -   Habitat

Santé  -   Ecologie