Informer vraiment sans être radical, Vulgariser sans simplifier, Donner les clés pour laisser juge !!

nature environnement
Votre magazine écologique nature et environnement
Découverte de la nature et information environnementale
L'actualité nature
Les derniers titres

Les archives
2011
1 2 3
2010
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2009
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2008
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2007
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2006
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2005
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2004
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

20-02-2007

Eolien - la Grande-Bretagne met les bouchées doubles


Malgré le premier potentiel éolien d’Europe, la Grande-Bretagne est à la traîne pour l’exploitation de cette énergie avec un peu moins de 2000 MW installés. Toutefois, en ayant fixé un objectif de production d’énergie d’origine renouvelable de 20 % en 2020 (4 % en 2006), l’année 2007 semble devoir être celle du décollage de la filière outre Manche. Pour preuve, le gouvernement britannique a donné récemment son accord à l’installation de 2 parcs éoliens dans l’estuaire de la Tamise, d’une capacité de près de 1 300 MW, soit une puissance équivalente à un réacteur nucléaire et suffisante pour approvisionner en électricité près d’un million de foyers (les comtés du Kent et de l’East Sussex).

Ces projets s’inscrivent dans le programme britannique d’éolien offshore (en mer), qui se décline en 2 étapes :
- une d’apprentissage, actuellement en cours avec plusieurs projets de faible capacité ;
- une de développement, avec l’implantation de parcs de forte capacité, principalement dans 3 régions : estuaire de la Tamise, Est de l’Angleterre et Nord du Pays de Galles. Cette phase va débuter en 2007 avec les 2 projets précités.
Un des 2 parcs de l’estuaire de la Tamise, London Array, est appelé à devenir le plus grand parc offshore du monde avec l’installation de 341 éoliennes à 12 kilomètres des côtes. Une telle implantation ne se fait pas sans rencontrer d’obstacles. Aussi, une première phase de 175 aérogénérateurs va être mise en place pour déterminer son impact éventuel sur les oiseaux, le projet étant dénoncé par la puissante association de protection des oiseaux RSPB (Royal Society for the Protection of Birds). En outre, cette multitude d’éoliennes inquiète également le secteur maritime qui s’oppose au projet, en estimant que les pales des turbines pourraient interférer avec les radars des navires et, à terme, être facteur d'accident.
Notons que 4 autres grands projets de parcs éoliens sont actuellement en cours de développement en Grande-Bretagne : 2 offshores sur la côte Est de l’Angleterre (1 200 MW) et la côte nord du Pays de Galles (750 MW), et 2 autres onshores (sur terre) sur les Îles Hybrides à l’Ouest de l’Ecosse et à Whitelee près de Glasgow.
Pascal Farcy


 
Publicité






Prochainement
chez les marchands
de journaux

Echo Nature

n°36

Au sommaire - Commander
Points de vente


/ Accueil   
/ Contact   


Le magazine

Nature  -   Habitat

Santé  -   Ecologie