Informer vraiment sans être radical, Vulgariser sans simplifier, Donner les clés pour laisser juge !!

nature environnement
Votre magazine écologique nature et environnement
Découverte de la nature et information environnementale
L'actualité nature
Les derniers titres

Les archives
2011
1 2 3
2010
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2009
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2008
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2007
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2006
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2005
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2004
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

21-02-2007

A l'exception de Voynet, les présidentiables font allégeance aux chasseurs


Alors qu’une balle perdue vient de blesser à la tête un automobiliste en Bretagne, hier, les candidats à l'élection présidentielle ont répondu présent à l'invitation des chasseurs, pour s'exprimer sur la place de la chasse dans l’écologie et la ruralité. A l'exception de Corinne Lepage et de José Bové, qui n'avaient pas fait le déplacement, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, Dominique Voynet, Philippe de Villiers, Frédéric Nihous et Jean-Marie Le Pen sont intervenus personnellement devant 400 dirigeants de la chasse réunis à la Maison de la Chimie, à Paris. Bien que non présents, François Bayrou et Marie-Georges Buffet avaient pris soin de se faire représenter respectivement par Charles Amédée de Courson et Maxime Gremetz.

Mise à part Dominique Voynet, la candidate des Verts, les autres candidats présents se sont attachés à démontrer leur sympathie au monde de la chasse et la prise en compte de leurs revendications. Il est vrai que la fédération nationale des chasseurs revendique officiellement 1,3 million de chasseurs, un chiffre qui séduit dans la course aux voix, même si, comme le note la candidate Vert, certains chasseurs ont une carte dans plusieurs départements...

Premier à s'exprimer, Charles Amédée de Courson (UDF) s'est prononcé pour faire passer la chasse sous la double tutelle ministérielle de l'écologie et de l'agriculture, tandis que Ségolène Royal, précisant qu'elle entretient 'une relation amicale et proche' avec les chasseurs, se montre plus approximative en promettant de 'voir de quelle manière la chasse pourrait être rattachée au ministère de l'Agriculture'. Ajoutant qu'elle était 'fille de chasseur' et qu'elle avait connu dans son enfance la participation aux chasses familiales, elle a aussi promis de 'renforcer l'implication des chasseurs dans la gestion de l'espace rural'.
De son côté, Nicolas Sarkozy considère que la chasse constitue ' une partie de l'identité française' et reprend à son compte l'idée d'un 'grand ministère de la ruralité', une revendication de longue date des chasseurs, '... pour éviter que la chasse ne soit prisonnière d'un conflit ou d'une idéologie'.
 
Au final, seule la candidate des Verts, Dominique Voynet, n'a pas caressé les chasseurs dans le sens du poil (1), notant que l'équation 'chasse égale régulation' est loin d'être vérifiée. Face à une assemblée qui lui était hostile, elle a dénoncé leurs actes de violence dans les manifestations et regretté 'que les chasseurs, en tant que lobby, fassent si peu pour la conservation de la nature' et 'tant pour les périodes de chasse'.

En comparaison des difficultés rencontrées par Nicolas Hulot pour l'adoption de son pacte écologique, on retiendra que les chasseurs en ont eu bien moins à rassembler la plupart des politiques autour de leurs valeurs. Par ailleurs on peut s'étonner de la quasi-absence de réaction du monde associatif de la protection de la nature, face à ce qu'il convient de considérer comme une allégeance des principaux présidentiables aux chasseurs.
La protection de la nature n'a pas d'odeur, pas de couleur politique, n'en déplaise à l'immense majorité des associations...
Pascal Farcy

1- Ecouter l'intervention de Dominique Voynet


 
Publicité






Prochainement
chez les marchands
de journaux

Echo Nature

n°36

Au sommaire - Commander
Points de vente


/ Accueil   
/ Contact   


Le magazine

Nature  -   Habitat

Santé  -   Ecologie