Informer vraiment sans être radical, Vulgariser sans simplifier, Donner les clés pour laisser juge !!

nature environnement
Votre magazine écologique nature et environnement
Découverte de la nature et information environnementale
L'actualité nature
Les derniers titres

Les archives
2011
1 2 3
2010
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2009
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2008
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2007
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2006
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2005
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2004
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

26-02-2007

Des candidats pas très brillants selon l'Alliance pour la planète


Peut mieux faire ! C'est ce qui ressort de l'évaluation des programmes des candidats à l'élection présidentielle au regard de 24 propositions formulées par l'Alliance pour la planète (1), un collectif de plus de 80 associations et syndicats allant de la protection de l'environnement à la défense des salariés en passant par la consommation.

A l'inverse de la notation de décembre 2006, qui reposait sur des faits et décisions concrets des partis politiques, au cours des 9 dernières années en matière d'écologie, l'évaluation d'aujourd'hui est établie en fonction des programmes et déclarations des candidats.
Mis à part les 2 candidates écologiques, Dominique Voynet (les Verts) et Corinne Lepage (Cap 21), qui arrivent en tête avec 16,5/20, seule Ségolène Royal (PS) obtient une note au-dessus de la moyenne avec 13/20, les autres candidats plafonnant à :
- François Bayrou (UDF) et Marie George Buffet (PCF) : 9
- Nicolas Sarkozy (UMP) : 8,5
- Olivier Besancenot (LCR) : 8
- Philippe de Villiers (MPF) : 7
- Jean-Marie Le Pen (FN) et Arlette Laguiller (LO) : 5.

Si le principe est intéressant, notons qu'il repose sur les promesses des candidats, sans réelle évaluation des moyens pour les mettre en œuvre. Or, en cette période où les déclarations font la part belle à la surenchère, parfois cause de déclarations contradictoires à Gauche comme à Droite, une évaluation fiable des programmes serait un indéniable plus, en pointant d'éventuelles aberrations.
Ainsi, S. Royal obtient une note maximale pour la suspension du réacteur nucléaire EPR alors que son porte-parole, Arnaud Montebourg, déclare le 20 février, sur Europe 1, que ce projet sera probablement maintenu en cas de victoire socialiste. De même, la note maximale pour N. Sarkozy, avec sa volonté de rendre l'Etat exemplaire en matière d'environnement, dans sa gestion comme dans ses achats, est contradictoire avec la non-suppression des aides publiques aux activités qui portent préjudice aux milieux naturels et à l’environnement...

En conclusion, si les candidats peuvent assurément faire mieux en matière d'engagements environnementaux, l'Alliance pour la planète se doit de revoir sa copie avant la publication d'une troisième série de notes.
Alex Belvoit

1- les 24 propositions dites 'fondamentales' :
Climat
1. Lancer immédiatement un plan national pour l’isolation de 400 000 logements anciens par an.
2. Réglementer la consommation d’énergie primaire pour le chauffage à 50kWh/m2/an pour toute construction neuve dès 2010.
3. Affecter 5 milliards d’euros en faveur des transports en commun urbains.
4. Etablir un moratoire sur la construction d’autoroutes.
5. Produire 15% d’énergie primaire à partir d’énergies renouvelables en France d’ici 2012.
6. Suspendre le projet de nouveau réacteur nucléaire EPR.
7. Arrêter les financements publics aux énergies non renouvelables au profit des énergies propres et des économies d’énergie.

Stopper les destructions
8. Développer la collecte sélective pour permettre de traiter 80 % des déchets ménagers par méthanisation, compostage, recyclage et réemploi.
9. Etablir un moratoire sur la construction de nouveaux incinérateurs des ordures ménagères.
10. Stopper l’artificialisation et la dégradation des milieux naturels et ruraux.
11. Relier les espaces protégés par un grand réseau écologique d’espaces naturels.
12. Supprimer les aides publiques aux activités qui portent préjudice aux milieux naturels et à l’environnement.
Produire sans nuire
13. Mettre en place un régime contraignant de responsabilité sociale et environnementale des entreprises.
14. Etablir une écotaxe progressive de 0 à 30% sur les biens et services en fonction de leur impact écologique.
15. Interdire dans l’agriculture et dans l’industrie toute substance chimique reconnue dangereuse pour la santé et l’environnement.
16. Lancer un programme national ambitieux de recherche épidémiologique sur l’exposition aux risques environnementaux.
17. Convertir 25% des terres agricoles en agriculture biologique et réduire de 50% l’utilisation des produits phytosanitaires de synthèse.
18. Mettre en place un moratoire sur la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM) en milieu ouvert.

Solidaire, responsable et citoyen
19. Coopérer avec les pays du Sud pour faire face aux changements climatiques et appuyer une utilisation sobre et efficace de l’énergie ainsi que le recours aux énergies renouvelables.
20. Réserver une part de l’aide publique au développement (APD) pour appuyer directement les populations dans leur mise en oeuvre des programmes de conservation et de gestion écologiquement responsables des ressources naturelles.
21. Mettre fin aux subventions qui contribuent à l’appauvrissement des pays du Sud, notamment sur les produits agricoles et les capacités de pêche.
22. Lancer un plan national d’éducation, de formation et de sensibilisation du public sur les solutions à la crise écologique.
23. Mettre fin à l’utilisation abusive de l’argument écologique dans les publicités et réglementer celles sur les produits les plus polluants.
24. Rendre l’Etat exemplaire dans sa gestion comme dans ses achats.

 
Publicité






Prochainement
chez les marchands
de journaux

Echo Nature

n°36

Au sommaire - Commander
Points de vente


/ Accueil   
/ Contact   


Le magazine

Nature  -   Habitat

Santé  -   Ecologie