Faut-il vraiment recouvrir les toits de peinture blanche pour lutter contre la chaleur torride ?

toit blanc
4.1/5 - (24 votes)

Pour les besoins de l’étanchéité, les toits plats sont généralement recouverts d’une couche bitumineuse de couleur noire, ou à tout le moins, très foncée. Or, cette couleur est capable d’absorber l’énergie des radiations lumineuses. Lorsqu’elles entrent en contact avec des objets noirs, elles se transforment en chaleur. S’il s’agit de l’extérieur d’une structure, cette chaleur est partiellement transférée par l’intérieur du bâtiment. C’est pourquoi, pendant les périodes de chaleur, les climatiseurs se mettent en marche et la consommation d’électricité augmente.

La peinture la plus blanche du monde

D’un autre côté, lorsque nous remarquons la blancheur d’un objet, c’est parce qu’il reflète l’ensemble du spectre des radiations lumineuses. On nous l’a appris au lycée, le blanc est le résultat de la confluence de toutes les nuances de l’arc-en-ciel. La majorité des peintures blanches disponibles sur le marché reflètent entre 80 et 90% des rayons du soleil. En particulier, elles absorbent les rayons ultraviolets.

L’année dernière, nous avons écrit sur les résultats d’une étude menée par un groupe composé de chercheurs de l’université de Purdue, aux États-Unis. Ils avaient initialement annoncé la création d’une peinture « ultrablanche » dont la réflectance était de 95,5%. Quelques mois plus tard, les chercheurs ont présenté dans un article publié dans la revue ACS Applied Materials & Interfaces un résultat encore plus impressionnant, à savoir la peinture « la plus blanche » du monde, capable de réfléchir plus de 98 % du rayonnement solaire.

A lire  Les nouvelles obligations pour vos rénovations énergétiques

Les chercheurs affirment que le matériau testé sur un mur extérieur est capable, sous un soleil intense en milieu de journée, de maintenir une température inférieure de 4,5 degrés Celsius à celle de son environnement. La communauté scientifique est d’accord pour dire que peindre les murs extérieurs des bâtiments en blanc garantit le maintien de la fraîcheur à l’intérieur. De plus, quand on voit l’architecture des villes du sud et leurs murs de couleur blanche, on se rend compte que les anciens avaient une bonne idée pour protéger leurs bâtiments de la chaleur torride du sud.

Peinture blanche « made in France

Avec la fréquence croissante des canicules, la PME toulousaine Solar-Paint a mis au point une peinture blanche à haute émissivité réfléchissante.

Son produit, baptisé Solarcoat Solarcoat, est une peinture à l’eau composée d’ingrédients organiques ainsi que de matériaux recyclés, tels que des bris de verre. « La création de la formule a nécessité de nombreux mois de travail et un investissement substantiel de 400000 euros« , indique l’entreprise dans un communiqué de presse, précisant qu’elle s’est appuyée sur l’expérience de son partenaire, un producteur de peinture français des plus réputés.

Grâce à Solar-Paint, le taux de réflexion solaire de la peinture sera supérieur à 92 %, ce qui permettra de réduire de 5 degrés en moyenne la température des bâtiments et de diminuer l’utilisation de la climatisation en été.

Quelques mois après le lancement de Solarcoat, la société a annoncé qu’elle avait peint 100 000 mètres carrés de toits en France.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *