Le lien entre l’art et l’environnement !

art ecologique

Dans une époque marquée par le changement climatique et les problèmes environnementaux, les artistes se pressent de symboliser leur engagement envers la cause écologique dans leurs œuvres, pour appeler les gens à déconstruire leurs idées figées et imaginer un monde meilleur. Certains artistes ont également trouvé leur mode d’expression dans la nature et ses composantes. Découvrez, sans plus tarder, le lien entre l’art et l’écologie !

La méthode in situ pour la libération de l’expression vers la nature !

À la deuxième moitié du 19 ème siècle, l’avènement de l’industrie et de la technologie introduit une pensée écologique parmi les populations. Les pratiques artistiques prennent un tournant différent aux États-Unis, avec une approche innovatrice et écologique. Plusieurs artistes quittent leur atelier de peinture et s’aventurent à l’extérieur pour modeler des œuvres au sein des milieux naturels. Cette transition marque une libération de l’art, qui, désormais, n’est plus autonome, mais s’inscrit plutôt dans le dynamisme d’un paysage naturel. L’œuvre d’art in situ, née dans l’espace dans lequel elle s’inscrit et s’imprègne de la créativité et des idées signifiantes de l’artiste !

Le land art et l’art écologique pour changer le monde !

L’art in situ est le processus implémenté dans le land art, un mouvement tentant de réaliser directement l’œuvre dans le milieu naturel. Ainsi, la peinture est remplacée par les éléments de la nature, tels que les branches, les roches, les feuillages, le foin, etc.

A lire  Découvrez en quoi consiste le plan de relance de rénovation énergétique !

L’installation de ces œuvres évolue avec le temps, jusqu’à leur éventuelle dégradation. Il s’agit alors bien souvent d’œuvres éphémères qui s’intègrent parfaitement avec l’harmonie de l’environnement changeante. L’un des pouvoirs de cet art, c’est qu’il prend toute sa valeur dans l’expérience qu’il procure aux visiteurs, une expérience qu’il n’est pas possible d’acheter ou de vendre.

L’art écologique comme agent de changement !

La crise environnementale attire de plus en plus l’engagement des artistes pour propager le message de catastrophes futures et instaurer la conscience écologique au sein des populations :

  • l’art est un moyen de créer de nouvelles façons d’envisager la vie humaine dans son environnement et peut contribuer à l’influence vers une vie plus écologique ;
  • l’art permet de repenser la place de l’humain dans le monde et de déconstruire ses croyances ;
  • plusieurs artistes ont imagé les situations catastrophiques dues au bouleversement environnemental et les conséquences de l’activité de l’homme ;
  • plusieurs œuvres d’art écologiques ont été installées dans les lieux publics pour une meilleure visibilité ;
  • on retrouve cet engagement dans les peintures, sculptures, photos et différentes formes d’art et d’expression.

Une sélection d’œuvres artistiques engagées

Plusieurs œuvres contemporaines ont marqué les esprits dans leur engagement pour la cause environnementale et écologique :

Weather Project d’Olafur Eliasson : la beauté du soleil !

C’est un projet qui a pris place dans le Turbine Hall de la Tate Modern, à Londres. Celui-ci reproduit le soleil, éclairant ainsi la pièce et les visiteurs, et ce, dans le désir de rapprocher l’homme de la nature. Les visiteurs peuvent le contempler et méditer devant les lumières dégagées par cette œuvre !

A lire  En quoi consistent les kits écologiques ?

I don’t believe in global warming de Banksy : une réponse sévère !

Banksy est un artiste militant qui a désiré répondre à travers son art aux pays n’ayant pas pris de mesures contre le réchauffement climatique. Celui-ci matérialise des lettres capitales en rouge, à moitié submergées par l’eau : « I don’t believe in global warming », sur un mur du Regent’s Canal à Londres.

Pollution Pods de Michael Pinsky : expérimenter les conséquences

Dans la cour du Somerset House à Londres, Michael Pinsky a installé Pollution Pods, cinq dômes simulant des environnements aux conditions atmosphériques différentes. Le premier dôme reproduit l’air pur de Tautra en Norvège, le second, celui de la capitale britannique, le troisième, de New Delhi, le quatrième, de Pékin et le dernier, de Sao Paulo. Les visiteurs prennent alors immédiatement conscience de la bonne qualité d’air du premier et l’air pollué des quatre derniers.

Support de Lorenzo Quinn : une œuvre illuminatrice

Lors de la Biennale de Venise en 2017, Lorenzo Quinn a mis en place Support, une grande sculpture qui montre les risques qu’encourt la ville italienne face au changement climatique, et la montée d’eau due à la fonte de glace. Cette œuvre se manifeste à travers de géantes mains sortant du Grand Canal, semblant maintenir hors de l’eau l’hôtel vénitien historique Ca’ Sagredo.

4.2/5 - (146 votes)

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *