Le No Bra : Le Body Potivisme adopté chez les femmes

no bra

Depuis plusieurs années, la pratique du no bra connaît un essor significatif en France. Le body positivisme, mouvement qui incite à donner une prime au confort et à la liberté corporelle des femmes, a considérablement contribué à son installation dans les jeunes générations. Les jeunes femmes françaises sont aujourd’hui les plus nombreuses à ne plus porter de soutien-gorge. Décryptage de cette tendance forte qui, héritage des périodes de confinements, semble s’ancrer durablement.

L’essor du no bra dans les jeunes générations

La proportion de jeunes françaises de moins de 25 ans ne portant jamais de soutien-gorge s’élevait cet été à 13% (juin 2022). Un chiffre en baisse par rapport au premier confinement (20% en avril 2020) mais qui reste tout de même trois fois supérieur à celui mesuré avant le début de la crise sanitaire (4% en février 2020). Chez l’ensemble des Françaises, l’absence de soutien-gorge est beaucoup moins courante (6% en juin 2022) mais elle a aujourd’hui deux fois plus d’adeptes qu’avant le premier confinement (3% en février 2020).

La pratique du no bra est donc en fort développement, notamment chez les jeunes générations. Selon François Kraus, directeur général de l’IFOP sur Femmes & NO BRA, cette tendance à l’ancrage s’explique notamment par le fait que le no bra est porté par deux dynamiques qui étaient présentes en lingerie avant la période de crise sanitaire: un body positivisme et un néo-féminisme.

Une pratique qui s’inscrit dans un mouvement plus large

Le no bra n’est qu’un des exemples concrets du mouvement du body positivisme qui s’est intensifié ces dernières années. Ce mouvement vise à promouvoir un changement d’attitude par rapport à la vision du corps et à la manière dont les femmes se perçoivent. Il s’agit de s’accepter et de s’aimer tels que nous sommes et de ne pas s’imposer des contraintes esthétiques qui ne sont pas forcément appropriées à notre personne.

Dans le cadre de ce mouvement, le no bra s’inscrit dans la logique d’une liberté corporelle accrue chez les femmes, qui s’exprime par le choix d’un vêtement plus confortable et plus adapté à leur morphologie. La pratique du no bra s’inscrit donc dans ce mouvement plus large qui cherche à encourager les femmes à s’accepter et à se sentir à l’aise dans leur corps.

Un retour à la liberté corporelle ?

Le mouvement du body positivisme et l’essor du no bra sont l’expression d’un désir de liberté corporelle chez les femmes qui cherchent à s’affranchir des normes esthétiques imposées par une société encore majoritairement patriarcale. Une liberté qui se retrouve dans les mouvements féministes actuels qui cherchent à rétablir l’équilibre entre les sexes et à promouvoir la liberté et l’autonomie des femmes.

Le no bra est donc aussi une manière de renouer avec une certaine liberté et de se sentir à l’aise dans son corps. Une liberté qui n’est pas seulement vestimentaire mais qui s’inscrit dans un mouvement plus large de liberté corporelle et de respect des femmes.

Conclusion

Le no bra a connu un essor considérable ces dernières années, notamment chez les jeunes générations. Cette pratique s’inscrit dans le mouvement plus large du body positivisme qui cherche à encourager les femmes à s’accepter et à se sentir à l’aise dans leur corps. C’est également une manière de se sentir libre et de rétablir l’équilibre entre les sexes, en s’affranchissant des normes esthétiques imposées par une société encore majoritairement patriarcale.

4.8/5 - (166 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *